Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 20:09

Winter's Bone, réalisé par Debra Granik

http://www.filmcritic.com/assets_c/2010/06/Winter-cropped-proto-filmcritic_reviews___entry_default.jpgLa brise Sundance conintue de souffler. Malgré le relatif échec de la révolution du cinéma indépendant des 90's, une poignée de réalisateurs novices parvient encore à s'extraire du rouleau compresseur hollywoodien, livrant de véritables bijoux à la fois personnels et maitrisés. Debra Granik, réalisatrice débutante (Winter's Bone est son deuxième film) parle ici de ce qu'elle connait : une femme se battant contre un monde dominé par les hommes. 

À 17 ans, Dolly est responsable de ses jeunes frère et sœur et de leur mère invalide. Après avoir appris que son père avait mis leur maison en caution, elle se lance à sa recherche. Il souffle sur Winter's bone un vent de pureté, que ce soit dans la façon dont les enjeux dramatiques sont amenés ou dans la mise en scène. Sous des airs de thriller initiatique, le film se révèle rapidemment être le simple portrait d'une femme. Face au monde. Assez proche d'une Rosetta avec cette caméra qui s'accroche à son actrice (Jennifer Lawrence, magnifique révélation), embélie par une légère touche malickienne pour ce qui est de filmer les grands espaces américains (magnifiquement photographiés par Michael McDonough), bien que Granik soit moins dans la contemplation extatique et plus dans le jeu de l'espace autour des corps. 

Et si au départ Winter's Bone apparait comme relativement mineur, il dévoile peu à peu sa force dramatique et lyrique, jusqu'à atteindre une intensité émotionnelle bien au dessus de la production moyenne actuelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by clement58
commenter cet article

commentaires