Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 11:10

     http://media.melty.fr/article-1071915-ajust_614/james-bond-007-skyfall.jpg       

 

 

    L’autre soir, alors que j’étais convié à une pendaison de crémaillère à laquelle je ne connaissais quasiment personne, un illustre inconnu m’apostrophe en me demandant quel est mon James Bond préféré. D’abord pris de court, je me ressaisis rapidement en lui répondant que malgré un lobby très puissant qui essaye de nous faire croire le contraire, Casino Royale est assurément le meilleur épisode de la série. Il me regarde effaré : « Non mais t’es sérieux ? Casino Royale ? Mais t’as vu le plan du méchant ? Il est bidon. Dans les vieux James Bond (il me semble qu’il rajoute même, les vrais James Bond) les plans des méchants sont déments. Et en plus, Daniel Craig, il est blond ! » C’était peut-être le martini, mais j’avoue m’être sur l’instant retrouvé à court d’argument. Il est vrai que la pertinence de son raisonnement avait de quoi me faire cogiter toute la soirée, mais les biens maigres capacités intellectuelles de mon cerveau au-dessus de 0,07g d’alcool eurent raison de moi.

 

            C’est en sortant de la projection de Skyfall que cette conversation ressurgit dans mon esprit. Car effectivement, depuis l’arrivée de Daniel Craig, quelque chose a changé chez James Bond. Avant, on avait droit au séducteur en costard sept pièces, cheveux bruns brossés sur le côté, avec en prime ce fameux sourire tout droit sorti d’une pub pour dentifrice. Non, ce nouveau James Bond est définitivement plus animal, plus sinistre, plus vulnérable. Plus réel quoi. Depuis Casino Royale, on sent un désir de la part des scénaristes de renouveler la mythologie de la saga ; se situant aujourd’hui d’avantage dans le registre du film noir que de l’espionnage couteau-suisse. L’heure est au traumatisme, et James Bond est enfin devenu un être humain.

 

             « Bah quoi, vous préféreriez un stylo qui explose ? » nargue Q devant la mine déconfite de Bond, visiblement déçu d’avoir comme seuls compagnons de route un flingue et une radio d’urgence. Dans Skyfall, les gadgets sont réduits au strict minimum. L’informatique est devenue obsolète, dérisoire. Et le méchant, qu’incarne à merveille Javier Bardem qui a l’air d’avoir apprécié sa collaboration avec les frères Coen, n’envisage pas de détourner un satellite ou de faire décoller une fusée. Non, ce qui l’intéresse, c’est M. Un personnage autrefois réduit au rôle de pantin, qui va avec cet épisode endosser un costume un peu plus probant. Bond, lui, débute le film en mourant. Pas forcément très pratique, je vous l’accorde. Bon, évidemment, il ne va pas vraiment mourir. Juste suffisamment pour lui permettre de renaitre de plus belle. Un thème qu’on avait aussi un peu entrevu dans les batman de Nolan. Symbole d’une volonté de remettre à jour les codes d’une mythologie qui, à force d’ajouter des films à son palmarès, finissait par rester bloquer dans les embouteillages.

 

            A la réalisation, Sam Mendes nous gratifie d’un spectacle grandiose. Allez, soyons fous, et affirmons même qu’il s’agit là du plus beau James Bond esthétiquement parlant. La scène finale est un pur cauchemar, et toutes les séquences d’action sont débordantes de générosité. Style poids lourd et feu à volonté. Un vrai plaisir de cinéma. Et c’est possible même sans stylo qui explose. Ni dentifrice.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clément Libiot
commenter cet article

commentaires

Christophe Carrière 30/10/2012 09:21

Totalement d'accord, sauf que c'est Casino RoyalE -même si le film est royal.

Clément Libiot 30/10/2012 09:28



Corrigé, merci!