Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 12:32

10 Margin Call, J.C. Chandor

 http://www.leblogducinema.com/wp-content/uploads//2012/10/Margin-Call-2-LBDC.jpg

La petite merveille que l’on attendait sur la crise financière de 2008. Quelque part entre le tragédie grecque et le film noir, cette plongée dans les méandres de la morale humaine et de la cupidité des traders est un régal d’écriture et de mise en scène.

 

9 Paperboy, Lee Daniels

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/the-paperboy-hue-a-cannes-le-festival-tient-enfin-son-scandale-3373958/60603994-1-fre-FR/The-Paperboy-hue-a-Cannes-le-festival-tient-enfin-son-scandale_portrait_w532.jpg

Sulfureux, érotique, kitch, après le déjà splendide Precious, Lee Daniels signe une nouvelle fois un film d’une force plastique impressionnante. A travers un scénario aux teintes de série b, le réalisateur américain s’intéresse à faire, défaire et refaire le corps de ses vedettes Zac Effron, Matthew McConaughey et Nicole Kidman, tous formidables ici en manipulés et manipulateurs de charme.

 

8 Dark Horse, Todd Solondz

http://graphics8.nytimes.com/images/2012/06/08/arts/08DARK_SPAN/08DARK_SPAN-articleLarge.jpg

Le retour de Todd Solondz a lieu, et s’avère payant. Après quelques films ratés, trop bavards et nombrilistes, celui que l’on considère comme l’un des pionniers du virage indépendant américain des nineties signe une œuvre réjouissante et hors du temps dans un registre nouveau pour lui : l’émotion.

 

7 Holy Motors, Leos Carax

http://www.agendamagazine.be/sites/default/files/0_holy_motors.jpeg

Fresque à la fois intimiste et ambitieuse, Holy Motors est un hommage vibrant au travail de l’acteur, et aussi un peu au cinéma. Denis Lavant réalise une performance inoubliable en métamorphosant son corps au gré des caprices de son réalisateur. Un film qui pourrait bien devenir culte dans quelques années.

 

6 Skyfall, Sam Mendes

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/10/26/938d7752-1deb-11e2-9eea-0cd1cdfdcced-493x328.jpg

Dans la lignée du génial Casino Royal, cette nouvelle aventure bondienne s’inscrit dans la volonté de la saga de rentre l’espion plus humain, et plus proche de son spectateur. Dans Skyfall, on retrouve un James Bond un peu au bout du rouleau, Sam Mendes filme de façon admirable sa sortie des enfers.

 

5 Amour, Michael Haneke

http://www.lesinrocks.com/wp-content/thumbnails/uploads/2012/10/amour6041-604x400.jpg

Dans un registre qu’on ne lui connaissait pas encore, Haneke signe une nouvelle fois une œuvre aux aspects de classique instantané. Tout en racontant l’histoire d’un couple aux portes de la mort (Trintignant et Riva, exceptionnels), le réalisateur autrichien s’interroge, comme à son habitude, sur la distance que doit prendre la mise en scène sur son sujet et sur l’image et son interaction avec le spectateur. Palme d’or au festival de cannes.  

 

4 De rouille et d’os, Jacques Audiard

http://static.lexpress.fr/medias/1824/934164_de-rouille-et-d-os.jpg http://medias.unifrance.org/medias/51/40/75827/format_page/de-rouille-et-d-os.jpg

A l’image de nombreux cinéastes cette année, Audiard livre un film au registre différent du reste de sa filmographie. De rouille et d’os est un mélo, teinté çà et là de fantastique. Une confrontation des corps et des images qui cristallise une histoire de passion entre deux personnages qui cherchent à se reconstruire en s’attirant et se repoussant. Un des plus beaux films du cinéaste.

 

3 Les bêtes du sud sauvage, Benh Zeitlin

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/review-les-betes-du-sud-sauvage-miraculeux-melange-de-sf-post-apo-et-de-conte-folk-3367556/60490616-1-fre-FR/REVIEW-Les-Betes-du-sud-sauvage-miraculeux-melange-de-SF-post-apo-et-de-conte-folk_portrait_w532.jpg

Premier film, et déjà, on sent chez Benh Zeitlin une maturité hors du commun. Sorte de fable post-apocalyptique, Les bêtes du sud sauvage raconte surtout l’enfance, et propose une vision du monde aux accents malickiens. Un bijou.

 

2 La Taupe, Thomas Alfredson

http://www.crdp-strasbourg.fr/main2/albums/waldtiere/img_hr/image25.jpg

La Taupe détient une des trois ou quatre plus belles mises en scène de l’histoire du cinéma.

 

1 Killer Joe, William Friedkin

http://odysseeducinema.fr/galerie/Killer%20Joe/Killer-Joe8.jpg

Qu’un type de soixante-dix-sept ans soit capable de réaliser un film aussi sulfureux, aussi irrévérencieux, aussi impoli, je dis bravo. Un cauchemar éveillé qui retravaille le mythe américain à la fois dans ce qu’il a de plus réjouissant, et de plus débectant. Un film entre le soleil et la nuit, où les fantômes se réveillent le jour pour mieux passer inaperçu. Matthew McConaughey est étincelant.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clément Libiot
commenter cet article

commentaires

JB 25/01/2013 10:29

Ca fait plaisir, mis à part Paperboy, je vois que Killer Joe a dépassé la Taupe, bon top mon gars, peut etre qe le Resnais aurait pu y figurer !

John Blue 01/01/2013 16:30

Killer Joe mérite sa place en top 1 !