Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 22:16

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/87/65/10/20280115.jpg

 

 

            Nietzsche a un jour dit : « Deviens ce que tu es ». Tout le monde le sait. Ce que tout le monde sait moins, c’est qu’il s’adressait en fait à Ben Affleck. Dépité de voir son pote gâcher son talent en exhibant sa ganache et ses trois expressions et demie à tout va, le philosophe a tout fait pour le remettre dans le droit chemin. C’est-à-dire derrière la caméra, là où il était prédestiné. Si si, je vous assure. Ne me croyez pas si vous voulez.

 

            2007. L’oncle Ben passe à l’acte. Retour à Boston, son quartier d’enfance, où il fait jouer son frère Casey dans un polar extrêmement dense, et surtout magnifique, Gone Baby Gone. Là où son jeu d’acteur pêchait par une passivité amorphe, sa mise en scène, elle, est nerveuse, précise. Allo Docteur Freud ? Oui ? Sublimation de sa névrose vous me dites ? Merci, au revoir.

 

            Argo est le troisième film de Ben Affleck. Il s’agit là de la reconstitution d’une affaire d’espionnage absolument incroyable. En 1979, la révolution islamique éclate en Iran. Le pays s’embrase, et les membres de l’ambassade américaine sont pris en otage. Six d’entre eux parviennent cependant à s’échapper, et afin de les ramener à la maison, la CIA ne trouve rien de mieux à faire que de prétendre à la réalisation d’un film où le tournage aurait lieu … en Iran. Le petit génie qui a eu cette idée c’est Tony Mendez, interprété par Affleck lui-même qui croyait passer inaperçu en se laissant pousser la barbe et les cheveux. Pas la peine de nous prendre pour des idiots, on t’a reconnu Ben. Et la prochaine fois, laisse les grandes personnes occuper les devants de la scène, ton film ne s’en portera que mieux.

 

            Argo est un film étonnant, qui n’a pas l’air comme ça, mais qui cache suffisamment bien ses enjeux au départ pour mieux nous surprendre par la suite. Tout en sortant la grosse machine vitaminée, le thriller goutte de sueur sur le front, Affleck lorgne un peu par ci et un peu par-là, nous perd un peu, puis nous retrouve. Comme s’il s’était rendu compte trop tard de la difficulté de tenir deux heures sur une histoire qui ne laisse finalement guère place à de grandes lignes de scénario. Allons donc chercher un zeste de comédie satirique sur Hollywood, une larme de drame familial et une poignée de trompettes patriotiques. Un peu de remplissage à droite et à gauche pour au final nous retrouver avec un édifice branlant, et un résultat étonnamment réussi. Car le film arrive à tenir du début à la fin une réflexion sur le cinéma et l’Histoire, qui lui sert en fait d’alibi. De l’ouverture sur la métamorphose du dessin en image d’archive, au dernier plan sur les figurines de Star Wars, Argo nous parle de la façon dont le cinéma s’empare d’une image pour en faire un mythe. Peu importe que les évènements se révèlent être ou non véridiques, que le film prenne un parti moral ambigüe ou un discours caricatural : le cinéma est là pour rendre la fiction légitime par rapport à l’Histoire, car elle n’est justement que fiction. Et de la même façon, notre regard sur l’Histoire s’accommode du même regard que nous avons d’une fiction. Et surtout la fiction au cinéma, qui est un art qui manie les images comme une réalité. On peut voir le film comme une mise en garde de notre rapport avec les images, mais également de la capacité du cinéma de pouvoir ériger une figure en un mythe. Et ce mythe, enfin, en figurines, comme celles que filme Affleck pour clore son film : les personnages de Star Wars, exemple évident d’une oeuvre qui n’a pas fini de dépasser son statut de fiction pour venir s’imprimer dans l’imaginaire collectif.

 

 

 

Critique publiée sur le site sortiedusine.org : http://sortiedusine.org/2012/11/09/argo-oncle-ben-fait-son-cinema/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clément Libiot
commenter cet article

commentaires

@MarieLachet 14/11/2012 19:58

Je sors tout juste d'une séance d'Argo, j'avais lu votre critique avant donc savais à quoi m'attendre. Maintenant que je l'ai vu à moi de faire qqes critiques concernant votre article :
commencons par le négatif (y'en a pas bcp je vous rassure) :
- Ben Affleck mauvais acteur ? Je trouve pas.. Je veux dire par là qu'il arrive qd même à transmettre des émotions, après je ne suis qu'amatrice.. Mais j'aimerais pourtant connaître vos arguments
pour dire cela. (Je suis juste curieuse, n'y voyait rien d'agressant)
- Le film dure deux heures... Trop long (toujours de mon avis personnel). Comme vous l'avez bien expliqué il nous perd, nous rattrape mais je trouve qu'il aurait vmt pu le raccourcir (j'ai pr
preuve un homme derrière moi qui dormait -je l'ai su pcq il ronflait). Bonne pour cette critique, vous n'y pouvez rien, c'est juste moi qui voulait vous le faire savoir -même si vous n'en avez rien
à fiche.

Maintenant le positif :

Avec la bande annonce je n'avais pas spécialement envie de voir le film "encore un film mélangeant action et Histoire, c'est fais et archi-fais" sauf que j'ai lu votre article. Bon ya pas que votre
article qui m'a motivé à y aller. Mais votre article m'a qd même interpellé vous racontez très bien le fait de voir l'Histoire comme une fiction (d'ailleurs la personne avec qui je suis allée le
voir m'a fais la réflexion à la sortie)et vice versa. Même si il a (tjrs mon avis personnel) peut-être trp fictionnalisé l'Histoire (m.. c'est négatif ça).

Pour conclure (avis perso, tjrs) : un bon film mais pas pr l'histoire, pr le second degré. A recommander ? Cela dépend de la personne..

J'avais juste envie de vous faire part de mon avis sur ce film et par twitter, vous l'aurez remarqué, c'aurait été trop long.

La bonne soirée !